Equitation de légèreté : Leix, mars 2019

Equitation de légèreté au coucher de soleil, Leix et Vasco, juillet 2018

Equitation de légèreté : Vasco et Leix, avril 2018

L'équitation classique à la française

Je suis une élève de Christian Jevaudan de la Ferme Fortia, à Montréal les Sources,(www.equitation-fortia.com/) depuis 2009.

J'ai suivi une formation sur 3 ans de 2013 à 2015 afin de travailler avec le même cheval toutes les étapes du dressage de légèreté. Des débuts de la basse école avec la mise en main, le travail de deux pistes... jusqu'à la haute école avec les changements de pied au galop, le piaffé, le passage...

Depuis 2015, je continue à prendre des leçons à la ferme Fortia ce qui me permet de continuer à progresser et d'améliorer le travail de haute école de mon cheval, une aventure passionnante.

Mes chevaux et poneys sont tous travaillés dans cette équitation, ils sont tous "bauchérisés"

 L'équitation de légèreté, c'est la belle équitation classique à la française, nos anciens maîtres ont tant chercher...reprennons ce qu'ils ont trouvé et qui ce rapporte au respect du cheval monté.

LES FLEXIONS DE FRANCOIS BAUCHER  

Légèreté...nous pensons à François Baucher (1796-1873). Les flexions permettent au cheval de comprendre l'utilisation de la main, d'assouplir les muscles de son encolure (rectitude), de le décontracter ou de vérifier s'il est décontracté par la cession de la mâchoire, de positionner son encolure où nous voulons : vers le haut pour ralentir, petite encolure vers l'avant pour allonger l'allure, sur le coté pour dégager une épaule ou mettre plus de poids d'un coté.

 Pas de douleur : on agit avec un mors doux sur la commissure des lèvres, pas sur la langue !

nous sommes à l'opposé des dents serrées, des grincements de dents...

 LA GYMNASTIQUE, EQUILIBRE ET RECTITUDE

Nous préparons le cheval à nous porter en travaillant les changements d'allure, les raccourcissements et les allongements d'allures, le travail de deux pistes avec notamment l'épaule en dedans, exercice plein de vertus, codifié par François Robichon de La Guérinière (1688-1751) (école de cavalerie).

METHODE D'APPRENTISSAGE

Les séances d'apprentissage se font de manière méthodique, dans le calme, à l'écoute du cheval. Il est nécessaire de suivre les conseils de Faverot de Kerbrech (1837-1905), disciple de Baucher qui écrivait "demander souvent, se contenter de peu et récompenser beaucoup" 

CONNAISSANCES, JUSTESSE DES AIDES

On accepte que le cheval soit cheval, pour le comprendre, il faut le connaître (connaissances physiologique, biomécanique, anatomique, psycologique, éthologique), et alors, c'est à nous de changer nos habitudes d'humain, de faire les bons gestes au bon moment. Si nous mettons en place des aides logiques par rapport à sa manière de fonctionner, le cheval nous comprend, il est alors calme tout en étant à l'écoute, plein d'énergie, prêt à essayer de faire plaisir à son cavalier.

Etienne Beudant (1853-1949) (main sans jambes...) nous le rappelle : "les défenses et les fautes proviennent le plus souvent du cavalier qui ne sachant pas parler correctement le langage des aides, ne se fait pas bien comprendre ou dit même le contraire de ce qu'il veut exprimer."

Au sujet de la clarté des aides, il est intéressant de commencer par ne pas mettre l'accélérateur et le frein en même temps, Faverot de Kerbrech nous l'écrit "main sans jambes, jambes sans main" (Baucher 2éme manière)

MORS - ENRENEMENTS

Plus besoin de muserolles serrées, d'enrênements, de mors dur...

Bien des grands maîtres l'avait compris ; 

 La Guérinière écrit que déjà Pignatelli au 16éme siècle avait inventé une embouchure "plus douce que celles dont on s'était servit jusqu'alors, persuadé, par sa propre expérience que la bride devait plutôt servir à avertir le cheval de la volonté du cavalier qu'à le contraindre"

il écrit aussi au sujet de la martingale, "qu'elle le (le cheval) confirme dans son vice, au lieu de le corriger et l'on devrait bannir cette invention des bonnes écoles"

DRESSAGE ET EXTERIEUR 

Lorsque le cheval est passé par ces différentes étapes : décontraction, connaissance des aides, gymnastique appropriée et que le cavalier emploi les bonnes aides, au bon moment, l'équitation devient un plaisir partager.

Bien sûr, pour qu'on puisse faire confiance en ce cheval, il faut l'avoir habituer aux promenades : à passer de partout, sur les chemins, les routes, les villages, dans l'eau, dans la neige... les sorties le rendent courageux, "bien dans sa tête".

Le capitaine Beudant conseille : "Agir soi-même le moins posssible et laisser le plus possible le cheval agir de lui-même, parce que, d'instinct, il sait mieux que son cavalier obéir aux lois de l'équilibre."

 AIMER

Quelques lignes du grand maître portugais,

Nuno Oliveira (1925-1989) (Reflexions sur l'art équestre 1965)

" Et pour clore cette annexe écrite à peu près tente ans après le reste du texte, trente ans de méditations sur le dos d'innombrables chevaux, je demande aux cavaliers qui me lisent et qui dressent leurs chevaux de regarder leur monture lorsqu'ils mettent pied-à-terre après une séance de travail, de contempler son oeil et de faire un examen de conscience, pour se demander s'ils ont bien agi envers cet extraordinaire être vivant, ce compagnon adorable : le cheval."

On a tendance de nos jours, à oublier que l'équitation est un art. Or, l'art n'existe pas sans amour. Mais celui qui n'a pas la discipline nécessaire et qui ne possède pas la technique ne peut prétendre à l'art. L'art c'est la sublimation de la technique par l'amour. L'amour, afin qu'après la mort du cheval, Vous ayez gardé en votre coeur le souvenir de cette entente, de ces sensations qui ont quand même élevé votre esprit au-dessus des misères d'une vie humaine."

 QUELQUES LECTURES...

Philippe Karl (1947-) "Dérives du dressage moderne, recherche d'une alternative "classique"" de . Edition Belin - siteweb : www.philippe-karl.com/

Etienne Beudant (1853-1949) "main sans jambes..." Edition  Jeanmichelplace

François Robichon de La Guérinière (1688-1751) "école de cavalerie" Edition Belin

Jean Claude Racinet (1929-2009) : "Baucher cet incompris" PSR Edition

Nuno Oliveira (1925-1989) "les oeuvres complètes" Edition Belin